cigarette

Cigarette électronique : entre méfaits et bienfaits ?

Depuis quelques années, la cigarette électronique cause une polémique : est-elle réellement sans danger pour la santé ? Des études ont effectivement mis le doute dans la tête de ses usagers donc faisons le point sur ce dispositif en vogue, mais au final, assez méconnu.

Redéfinissons la cigarette électronique

La cigarette électronique est un dispositif composé de nombreux éléments dépendants entre eux. Parmi les composants majeurs, on retrouve la batterie ou les accus et le clearomiseur.

La batterie a pour rôle de déclencher le courant électrique chargé de fournir de la chaleur à la résistance. Celle-ci fait partie du clearomiseur qui regroupe également la mèche en coton et le réservoir d’e-liquide. Choisir le meilleur clearomiseur 2020 est conseillé pour bénéficier d’un bon hit.

Le hit désigne l’intensité de la vapeur produite par l’appareil. Elle est en fonction de la qualité du clearomiseur et de la puissance de la batterie. En fonction des choix que vous faites, vous pouvez alors bénéficier d’un petit ou d’un gros hit. Il est néanmoins recommandé de rester sur un hit moyen pour éviter les effets secondaires d’une vapeur trop intense.

e-cigarette

De quels effets secondaires parle-t-on ?

Ces derniers mois, certains vapoteurs se plaignent effectivement de ressentir quelques effets secondaires issus du vapotage. Il s’agit notamment de :

  • Maux de tête ;
  • Vertiges et étourdissements ;
  • Nausées et vomissements ;
  • Sècheresse buccale ;
  • Déshydratation ;
  • Irritations au niveau de la gorge.

Rassurez-vous, il s’agit d’effets passagers non dangereux pour la santé. D’ailleurs, ces symptômes disparaissent quelques heures après la dernière bouffée de vapeur inhalée.

Néanmoins, ils sont assez gênants et c’est pour cela qu’il convient d’adopter les bons gestes afin de les éviter.

Comment chasser ces effets gênants ?

Pour éviter ces effets à l’avenir, il faut d’abord comprendre d’où ils viennent. Après des études menées là-dessus, les chercheurs ont découvert que deux substances présentes dans les e-liquides en sont les principales responsables. Il s’agit du glycérol ou propylène glycol et de la nicotine.

  • Le propylène glycol :

Le propylène glycol forme, avec la glycérine végétale, la base des e-liquides. C’est un produit non toxique que l’on retrouve déjà dans de nombreux produits de consommation. Nos dentifrices, nos baumes à lèvres, nos sirops pour la toux ainsi que de nombreux produits cosmétiques en contiennent.

Son utilisation à large échelle prouve qu’il n’est pas dangereux pour la santé. Néanmoins, son inhalation dans la vapeur de la cigarette électronique a mis à jour quelques effets secondaires. Il est effectivement à l’origine des irritations de la gorge, de la déshydratation et de la sècheresse buccale. Cela est dû au hit dont il est la principale source.

Dans un flacon d’e-liquide, le glycérol engendre le hit, mais relève également la saveur de l’arôme utilisé. Pour ressentir davantage ces effets, certains vapoteurs choisissent des liquides où la teneur en glycérol est largement supérieure à celle de la glycérine végétale. Même si cet équilibre n’est pas interdit, il génère un hit plus puissant qui, sous l’effet d’une batterie encore plus puissante, devient agressif. La vapeur, au lieu de passer d’abord en bouche avant de descendre vers la gorge atterrit directement au niveau de la gorge. A force d’inhaler cette vapeur, les irritations surviennent et avec, la sècheresse buccale et la déshydratation.

Pour les éviter, optez pour un e-liquide 50-50 ou une formule où le glycérol est seulement légèrement supérieur à la glycérine végétale. Et évidemment, vous pouvez choisir un flacon avec un taux inférieur de glycérol, mais dans ce cas-là, le hit ne sera pas au rendez-vous. En effet, quand le taux de glycérine végétale prédomine, vous aurez une grosse quantité de vapeur plus aérienne et plus légère. Celle-ci passe d’abord en bouche avant d’arriver à la gorge d’où l’absence de hit.

  • La nicotine :

La nicotine est responsable des maux de tête, des vertiges et des étourdissements. La meilleure façon pour les éradiquer c’est d’opter pour un e-liquide sans nicotine. Cela supprime, en plus, le risque de dépendance.

Toutefois, lorsqu’on est un ancien fumeur, même si on a réussi son sevrage tabagique, la dépendance à la nicotine peut encore demeurer. C’est d’ailleurs pour apaiser la sensation de manque durant le sevrage que la nicotine a été intégrée dans les liquides des cigarettes électroniques. Son taux est strictement limité à 20 mg/ml dans les flacons d’e-liquides. Certains en contiennent moins et d’autres pas du tout.

Si vous êtes sujet aux effets secondaires liés à la nicotine sans pouvoir vous passer de votre dose habituelle, il est conseillé d’en réduire le taux. Au lieu de vapoter un e-liquide avec une teneur de nicotine de 20 mg/ml, optez pour une formule à 16 mg/ml. Et si cette teneur engendre encore les mêmes symptômes, descendez à 12 mg/ml, à 6 mg/ml ou même à 3 mg/ml. Le taux de nicotine à inhaler doit correspondre à votre niveau de dépendance. Si vous y allez trop fort, les effets gênants apparaissent, si vous choisissez un taux trop faible, la sensation de manque va réapparaître. Il faut donc s’ajuster au fil de votre expérience jusqu’à trouver le bon dosage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *