Le café du Nicaragua

Histoire du café au Nicaragua

Le café a été introduit au Nicaragua dans les années 1790 par des missionnaires catholiques qui avaient voyagé dans le pays. Pourtant, en tant que produit de base, le café n’est devenu pertinent pour l’économie nationale qu’un demi-siècle plus tard, lorsque la ruée vers l’or a entraîné des investissements et une aide dans la région.

L’agriculture était et reste l’une des principales sources de revenus de la plupart des travailleurs, mais le café est apparu comme un atout précieux pour le commerce à cette époque. La croissance de cette industrie a stimulé le développement et généré des revenus. Depuis son intégration dans l’économie, le Nicaragua a connu son lot de catastrophes naturelles, de coups d’État, de conflits et de guerres. Il s’agit notamment d’une révolution communiste qui a conduit à un embargo commercial avec les États-Unis, d’ouragans, de sécheresses, de dictateurs, etc. Ces problèmes ont persisté aussi récemment qu’en 2003, lorsque l’ouragan Mitch a entraîné la ruine économique de nombreux producteurs de café. Des années de crise ont conduit à une stagnation généralisée. En raison de ces obstacles, le café a connu une croissance limitée au Nicaragua, mais aujourd’hui, les choses se sont nettement améliorées.

La plupart du café cultivé dans le pays est exporté vers des pays comme les États-Unis, fournissant au gouvernement central 30% de l’ensemble de ses devises étrangères qui proviennent des exportations agricoles. Le Nicaragua est également le douzième plus gros producteur de café au monde et le quatrième d’Amérique centrale, ce qui permet de soutenir les plus de 45 000 familles qui cultivent cette plante dans leurs fermes.

A lire aussi : Comment choisir sa cafetière Nespresso ?

Les saveurs du café du Nicaragua

En général, l’infusion donne une tasse au corps doux et à l’acidité vive. Certains grains ont beaucoup de points communs avec les voisins d’Amérique centrale du Nicaragua, car ils ont un goût net et fruité. Les notes d’agrumes et de chocolat sont également très présentes.

Le café en grains d’éléphant

Les grains d’éléphant, également connus sous le nom de grains Maragogype, sont les plus gros grains de café du monde. Originaires du Brésil, ces grains ont trouvé un nouveau foyer au Nicaragua, où la production reste limitée en raison des faibles rendements. Ce grain est une variante du type de café Arabica, qui pousse à une altitude d’environ 2 200 pieds au-dessus du niveau de la mer.

Nombre de ses caractéristiques sont similaires à celles du café nicaraguayen traditionnel. Il a une acidité vive, un corps lisse et une saveur nette. Cependant, l’augmentation de sa taille a donné l’impression que cela signifie des notes plus concentrées.

Pour tester un café Maragogype, vous pouvez vous rendre sur le site de Cafés Miguel.

Pourquoi le café du Nicaragua est si bon ?

L’une des principales raisons pour lesquelles le café a survécu aux tragédies du passé au Nicaragua est que le pays connaît certains des climats les plus propices à la culture du café. Il bénéficie d’un paysage varié qui permet de cultiver le café en haute altitude. Le sol volcanique est particulièrement propice aux graines de café qui ont besoin de ses minéraux et de sa nutrition.

Trois pratiques agricoles permettent au café nicaraguayen de se distinguer de ses pairs

Tout d’abord, 95% du café cultivé dans le pays est cultivé à l’ombre. Comme son nom l’indique, cela signifie que le caféier a été cultivé sous une canopée plutôt qu’en plein soleil, où les grains pourraient être endommagés. Le café a également tendance à pousser plus lentement à l’ombre, ce qui permet aux saveurs et aux arômes de mieux mûrir.

Deuxièmement, une grande partie du café cultivé ici est traitée par voie humide. Le traitement par voie humide ou sèche intervient peu après la cueillette des cerises et avant que les grains ne soient laissés à sécher. Les agriculteurs qui traitent leurs grains par voie humide éliminent la pulpe et la couche fibreuse des graines en utilisant de grandes quantités d’eau et des équipements sophistiqués. Cela permet de faire ressortir les arômes naturels du grain de café, influencés par l’environnement dans lequel il a été cultivé.

Troisièmement, la plupart des cafés cultivés au Nicaragua sont exempts d’herbicides et de pesticides. Dans de nombreux cas, cela est dû au fait que de nombreux agriculteurs sont tout simplement trop pauvres pour se permettre de les utiliser.

A lire aussi : Dégustation du jour : le café aromatisé amande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *